16.8.12

La ferme Les Bleuets

Découvrez les içi avec la vidéo de TVLux
http://www.tvlux.be/joomla/index.php/component/content/article/188/7555

Pour une agriculture biologique raisonnée et à taille humaine. Si l’on avait dit à Fabienne Schmit il y a 20 ans qu’elle serait agricultrice, elle ne l’aurait pas cru.
Elle-même fille d’agriculteur, sa décision de quitter ce milieu était déterminée. Diététicienne de formation, elle tient à l’époque un magasin d’alimentation saine à Arlon. Son mari, Benoit Thiry, est lui mécanicien au Grand-Duché de Luxembourg.
 Progressivement, l’idée de reprendre l’exploitation familiale fait tout de même son chemin. Et en 2000, après avoir pris connaissance d’une forte demande d’œufs bio au Luxembourg, Fabienne et Benoit remplacent alors l’élevage bovin traditionnel par un élevage bio de poules. « Un autre métier », aiment-ils à préciser…
Sur les 25 hectares de l’exploitation, ils cultivent principalement des céréales bio pour nourrir les 3 500 poules. Les œufs sont vendus à un prix établi en collaboration avec les différents intervenants (producteurs, emballeurs, commerçants) via un fournisseur luxembourgeois et ce, dans un rayon de maximum cent kilomètres. Des collaborations sont établies avec d’autres producteurs pour assurer une production continue.
Petit à petit, les jeunes agriculteurs apprennent le métier sur le tas et décident de se diversifier en se lançant dans la culture maraîchère. Et puis, pour répondre à la demande de plus en plus de consommateurs, décident d’ouvrir il y a an un magasin sur le lieu même de l’exploitation. On y trouve bien évidemment les œufs et légumes de la ferme mais aussi d’autres produits : fromages, yaourts, pains et autres fruits et légumes de producteurs locaux, fournis par un grossiste.
« Comme on est trop petit, la distribution n’est pas toujours fiable, on est confronté à des problèmes de logistique, précise Benoit. L’idéal serait de créer une centrale d’achat au centre de la province groupant la production locale et au sein de laquelle on pourrait s’approvisionner ». 
Le magasin, ouvert trois fois par semaine, tourne bien. Les clients apprécient le contact avec les agriculteurs et découvrent, en compagnie de leurs enfants, la vie à la ferme et les animaux. Quelques moutons ardennais roux, race locale menacée d’extinction, deux vaches, une poignée de lapins ainsi qu’un rucher viennent en effet compléter le poulailler.
Bref, les Thiry ne manquent pas de projets. Ils se sont également engagés dans un programme agri-environnemental pour la conservation des haies et la fauche tardive des prairies, ont installé une petite éolienne qui leur assure une certaine autonomie énergétique, aimeraient créer un verger, un jardin de plantes sauvages ... avec toujours la même ligne de conduite : conserver une taille humaine, se diversifier le plus possible et ne pas trop s’endetter afin d’être économiquement autonomes et assurer l’avenir de l’exploitation.
Voilà en gros le message qu’ils souhaitent faire passer à tous les jeunes qui envisagent de se lancer dans l’agriculture biologique. Un secteur qui a de l’avenir, tout comme la ferme Les Bleuets !

For farming and rational human scale. If you had told Fabienne Schmit 20 years ago it would a farmer, she would not have believed it. Herself the daughter of a farmer, his decision to leave the medium was determined. Dietician training, it takes time to shop for healthy food in Arlon. Her husband, Benoit Thiry, he is a mechanic in the Grand Duchy of Luxembourg. Gradually, the idea of ​​taking the family farm is still on his way. And in 2000, after becoming aware of a strong demand for organic eggs in Luxembourg, Fabienne Benoit and then replace the traditional cattle breeding by organic chickens. "Another job" like they specify ... Of the 25 acres of the farm, they grow mainly organic cereals to feed the chickens 3500. Eggs are sold at a price established in collaboration with the various stakeholders (growers, packers, traders) via a Luxembourg supplier and within a radius of one hundred kilometers up. Are established collaborations with other producers to ensure continuous production. Gradually, young farmers learn on the job and decided to diversify by engaging in market gardening. And to meet the demand for more and more consumers decide to open a store there year on the scene of the operation. There are of course eggs and vegetables from the farm but also other products: cheese, yogurt, breads and other fruits and vegetables from local producers, supplied by a wholesaler. "As is too small, the distribution is not always reliable, we are faced with logistical problems, says Benoit. The ideal would be to create a purchasing center of the province grouping local production and in which we could supply. " The store is open three times a week, runs well. Customers appreciate the contact with the farmers and discover, along with their children, farm life and animals. Some sheep red Ardennes, local breed endangered, two cows, a few rabbits and a hive are indeed complete the house. In short, Thiry no shortage of projects. They also engaged in agri-environmental program for the conservation of hedges and late mowing meadows, installed a small wind turbine which provides some energy independence, would create an orchard, a garden of wild ... always with the same line: maintain a human scale, to diversify as much as possible and not too much debt to be economically independent and secure the future of the operation. That's basically the message they want to get all young people who intend to engage in organic agriculture. An area that has a future, as Farm Blueberries!